EDF sélectionné pour relancer le projet

Complexe-hydroelectrique-de-Khenifra-genie-civil-settat-maroc

L’Office national de l’électricité et de l’eau potable a retenu le groupe français EDF pour relancer la préparation du projet du Complexe hydroélectrique de Khénifra. Ce dernier comprend 3 centrales – Imezdilfane, Taskdert et Tajemout – échelonnées sur le haut Oum Er-Rbia pour une puissance globale projetée de 128 MW.

Le verdict est tombé. Le groupe français EDF, spécialiste mondial de l’énergie, a été retenu par l’Office national de l’électricité et de l’eau potable (ONEE) pour relancer la préparation du projet du Complexe hydroélectrique de Khénifra. Ce dernier comprend 3 centrales (Imezdilfane, Taskdert et Tajemout) de production d’énergie électrique de pointe échelonnées sur le haut Oum Er-Rbia dans la région de Khénifra. Entre la ville de Khénifra et le plan d’eau de la retenue créée par le barrage Ahançal, l’Oum Er-Rbia représente une dénivelée de 145 m environ. Cette section sera équipée de 3 aménagements hydroélectriques (3 barrages et 3 usines) qui sont d’amont en aval Imezdilfane, Taskdert et Tajemout. Ces aménagements sont à but purement énergétique pour une puissance globale projetée de 128 mégawatts (MW).

Après de premières études (avant-projets détaillés) menées il y a plus de 27 ans, le projet était en stand-by jusqu’à 2016 lorsque l’ONEE-Branche Électricité a décidé de le réactiver. L’Office avait lancé vers mi-2016 un appel d’offres pour l’actualisation des études détaillées ainsi que l’établissement des spécifications techniques des appels d’offres de construction du complexe hydroélectrique Imezdilfane, Taskdert et Tajemout. L’évaluation des offres des soumissionnaires a démarré fin octobre pour finalement aboutir à la sélection le groupe français EDF.
Ce marché a été adjugé pour environ 4,5 millions de DH HT. EDF est appelé notamment à analyser les études existantes pour proposer des améliorations et des adaptations, dans la conception des barrages et centrales hydroélectriques, eu égard aux évolutions technologiques des ouvrages de génie civil et des équipements. EDF doit également évaluer les coûts d’investissements, tenant compte de ces modifications dans la conception générale des barrages et centrales, et ce dans un esprit d’optimisation technique et économique. Il est chargé également d’évaluer la rentabilité économique du complexe tenant compte du système de pompage-turbinage (prix de revient du kilowatt/heure…) ainsi que d’étudier l’insertion du complexe au réseau électrique national, tout en proposant un programme général prévisionnel développé d’exécution des travaux.

Pour ce qui est de l’établissement des spécifications techniques des appels d’offres (A.O.) de construction du complexe hydroélectrique, les A.O. (Lot 1-barrage et lot 2-Usine) «à priori de type clé en main et pour chaque aménagement hydroélectrique, comprendront, les études d’exécution, la réalisation des ouvrages de génie civil, la fourniture, l’installation, les essais et la mise en service de tous les équipements hydro-élecro-mécaniques des barrages et usines».

– See more at: http://lematin.ma/journal/2017/edf-selectionne-pour-relancer-le-projet/269814.html#sthash.08EHXIr1.dpuf